dimanche 19 décembre 2010

Un plat réconfortant

Qu'est-ce qu'il y a de mieux qu'un bon plat mijoté par ce temps hivernal? Sûrement beaucoup d'autres choses, mais lorsque vous pensez avec votre ventre, c'est assurément la première chose qui vienne en tête! ;) Et qu'est-ce que ce plat que vous voyez et dont j'ai envie de vous parler?!

jeudi 16 décembre 2010

Soirée détente

Par une belle soirée de tempête, de froid et de grisaille, c'est-à-dire la joirée où vous avez qu'une seule envie et c'est celle de rester nicher dans votre « chez vous » douillet et bien au chaud, mon amie et moi avons bravé des heures (et des heures) de trafic et avons troqué nos habits d'hiver pour un minuscule maillot et avons sauté dans un de ces fameux bains nordiques au Spa La Source à Rawdon. Quoi de plus agréable que ces bains pour se détendre et se sentir bien dans sa peau?

Crédit photo: Spa La Source
C'est vraiment un très bel endroit qui inspire le calme, la tranquillité et la détente. Niché entre quelques parois rocheuses Le Spa La Source est en pleine forêt. Plusieurs pavillons au design éco-contemporain sont en parfaite harmonie sur le site et à l'intérieur de ceux-ci se trouvent les saunas, des aires de détente et lieu de massages. Les bains froids et bains chauds se glissent de chaque côté des chemins qui nous mènent à ces espaces de détentes bien mérités. Les bains se fondent dans la nature comme tout le reste et nous démontrent qu'il est possible de faire de belles intégrations architecturales sans tout détruire l'environnement avoisinant.

Mon amie et moi avons seulement profité des bains et des saunas, mais un service de massothérapie est offert et un bistro vos offres un menu santé adapté au lieu. Si vous payez pour les bains comme nous l'avons fait, vous pouvez profiter du sauna humide à l'eucalyptus, du sauna sec, des bains froids et chauds et des aires de détente à volonté. Nous avons fait quelques « séries » de saunas-bain froid-bain chaud et nous sommes reparties détendues après environ 1h30 de pur plaisir.  Pour ceux qui ne le savent pas et sont effrayés par le bain froid, nous devons seulement y passer quelques secondes le temps de nous glacer après le sauna très chaud. Si vous avez des problèmes de santés, quelqu'un saura vous donner les indications essentielles pour que vous puissiez apprécier votre moment sans souffrir!   

J'ai adoré mon expérience dans la « noirceur », la neige et le froid. Cela donnait encore plus de charme à cette soirée. Je vous conseille vivement d'y aller pour son cadre exceptionnel, mais aussi pour vous faire du bien!

Visitez leur site pour plus d'information et ne manquez pas la galerie de photos qui vous donnera une bonne idée du lieu.  




lundi 13 décembre 2010

Des Macarons avec Christophe Morel!

J'ai souvent rêvé de festins grandioses et en particulier de festins tout droit tirés d'un dessin animé! Tous ces plats que j'ai vu défiler devant moi (durant mes nombreuses heures d'écoute télévisuelle) ont toujours su me mettre l'eau à la bouche. De la purée de pommes de terre des trois mousquetaires, aux sangliers d'Astérix en passant par les framboises d'Anne la Maison au Pignon Vert, ces aliments dessinés avaient un je ne sais quoi de tellement appétissant. Et que dire des desserts! Oh la la! j'aurais bravé n'importe quoi pour manger une des ces petites œuvres sucrées. Ce qu'il y a d'attrayant dans cette nourriture, c'est son aspect irréprochable. Une cuisson à point, un assaisonnement divin, une température idéale, une couleur exquise, jamais d'os, de gras, etc. Et que dire de la consistance? Mmmmm! Toujours onctueuse, soyeuse, fondante et spongieuse! 

Dans cette lignée de nourriture presque parfaite, j'ai eu la chance de suivre un cours avec le pâtissier Christophe Morel à la guilde culinaire sur les fameuses petites gourmandises parisiennes, les Macarons (merci Mom pour le cours:). Ces bijoux aux éclats colorés et aux doux parfums variés sont dignes de ces dessins animés. Dotés d'un visuel plus qu'alléchant, les Macarons ont une texture qui s'approche de la perfection! Ceux-ci sont croquants à l'extérieur, moelleux à l'intérieur et la garniture lui donne une touche onctueuse!

Pour vous donner une idée du menu nous avons réalisé 2 macarons salés de type apéritifs, dont un au foie gras poêlé et pomme granny smith et un au saumon fumé et nous avons fait des macarons sucrés au chocolat et gingembre, à la confiture de framboises, au sorbet de fraises, à la glace à l'huile d'olive et à la crème de citron.
Voici quelques photos (plus ou moins réussies) pour vous puissiez voir.
 
Les macarons salés



Alors ce cours de macarons?! Eh bien! c'était vraiment agréable et finalement ce n'est pas sorcier à fabriquer. Il faut quand même respecter les quantités et avoir une certaine dextérité. Il ne fait pas trop mélanger pour que notre appareil devienne trop liquide ou pas assez et que celui-ci soit granuleux. Et pour obtenir nos coques bien rondes et parfaites il faut manier la poche contenant l'appareil d'une main de maître!!! Avec un peu de pratique, on y arrive! Pour ce qui est des ingrédients, il en faut peu pour réaliser une coque de macarons. Celle-ci se compose de poudre d'amande, sucre glace, de blanc d'œufs montés, de sucre, d'une larme de jus de citron et de colorant. Je ne vous donne pas les recettes (car je ne les ai pas encore, je devrais les recevoir par courriel cette semaine) mais vous pouvez en trouver en quantité sur le web.
Je vous avoue qu'en sortant du cours je me suis dit que je ne mangerais plus de macarons avant plusieurs mois, car le nombre que j'ai dû manger en l'espace de 3 heures dépasse largement le nombre que j'ai pu manger durant toute ma vie. J'ai fait une surdose de sucre et je me suis transformée en pile électrique pour le reste de la journée (pour le plus grand plaisir de mon homme ;)  Aujourd'hui, lundi, la surdose est oubliée et j'ai une terrible envie d'en refaire! À quel parfum je ne sais pas mais je ferai mes coques, car c'est un peu long à faire si nous comptons le temps de repos!

Si vous êtes paresseux et que vous avez envie de déguster ce délicieux dessert, il est possible d'en trouver à Montréal depuis quelques années. Certains sont meilleurs que d'autres, mais je vous conseille ceux de la boutique Point G et ceux de la Maison du Macaron [les deux sur le Plateau Mont-Royal].
Enjoy!       

Des liens intéressants:

samedi 11 décembre 2010

Toujours et encore des pâtes mais des pâtes fraiches!!

Depuis que j'ai eu ma petite machine à pâte, je n'ai qu'une envie et vous devinez sûrement c'est quoi!? Faire des pâtes!!! Des pâtes farcies, des pâtes aux betteraves, aux tomates, aux safrans, aux épinards, faire des lasagnes, etc! Je dois faire des efforts considérables et me discipliner pour varier mes menus et ne pas manger que des pâtes faites de mes petites mains!!

Si j'aime autant les pâtes et la cuisine italienne, c'est surtout grâce à ma mère qui me l'a si bien fait découvrir. Elle cuisinait déjà très bien, mais curieuse d'en apprendre d'avantage sur la culture culinaire italienne elle a suivi  des cours! Quelle excellente idée ce fut pour nous! En plus d'avoir suivi des cours avec Elena qui lui a très bien appris à faire les pâtes, elle a suivi tous les cours de cuisine italienne de l'ITHQ. Pâtes, viande, poisson, pizza, dessert, etc. Vous n'imaginez pas comment mon père et moi étions heureux lorsque ma maman partait pour ses cours. Non pas que nous avons un moment de répit et que c'était l'occasion de nous commander un poulet St-Hubert, mais parce que nous savions que le samedi suivant nous aurions le droit à tout un festin! Durant ces semaines, nous salivions en regardant les menus qu'elle rapportait de ses cours! Et quelle joie le samedi lorsqu'elle nous préparait ses repas 8 services dignes du guide Michelin!! Et puis, graduellement ces festins du samedi se sont transformés en délicieux menus quotidiens!!! Que c'était agréable quand j'habitais chez mes parents!!!!!   Eeeuh?! pourquoi je vous raconte tout cela??!  Passons aux choses sérieuses!

Si vous êtes perspicaces, vous vous doutez bien que je vais vous parler de pâtes! Eh bien oui! J'ai envie de vous montrer ces pâtes que j'ai faites avec amour et passion!!!
                                                         

Voici mes demi-lunes farcies aux champignons accompagnées d'une sauce aux champignons. Je sais que ce n'est pas très original, mais j'adore les champignons!! C'est siiiii bon!

Pour faire les demi-lunes, j'ai utilisé un moule, mais vous pourriez en faire en utilisant un verre pour couper la pâte et la plier en deux pour obtenir une demi-lune. Si vous voulez savoir comment faire la pâte, vous trouverez l'info ici dans mon dernier billet!

La farce aux champignons:

1 bte de champignons de paris tranchés
1 bte de mini portobello tranché
1 bte de pleurotes
5-6 shiitakes 
2 gousses d'ail
2 petites échalotes françaises
1 poignée de persil
1 poignée de parmesan
1 poignée de pecorino
Sel et poivre

Faire cuire dans une poêle les champignons à feu élevé.
Lorsque les champignons sont cuits, baisser le feu et ajouter l'ail et l'échalote et laisser cuire quelques minutes.
Salez, poivrez et ajoutez le persil et le fromage.
Bien mélanger et passer au robot pour obtenir une purée (juste pour qu'il n'y ait pas de trop gros morceaux).
N'hésitez pas à utiliser d'autres champignons.

Pour la sauce aux champignons (j'ai réutilisé presque les mêmes ingrédients de la farce parce que c'est ce que j'avais sous la main):

1 gousse d'ail
1 échalote
250 ml de crème à cuisson
L'équivalent d'une bte de champignons (au choix)
Persil
Sel et poivre

Cuire les champignons à feu élevé
Ajouter l'ail et l'échalote et cuire 3-4 minutes à feu moyen
Assaisonner
Ajouter la crème et faire mijoter et épaissir quelques minutes.

Faire cuire les pâtes dans l'eau bouillante et salée pendant que vous préparez la sauce. Lorsque les pâtes sont cuites, les ajouter à la casserole de sauce et mélanger doucement pour les enrober. Servez! C'est une explosion de champignons et les shiitakes aromatisent agréablement ce plat.

lundi 6 décembre 2010

La fabrique de pâtes!

Samedi, la Mama est venue chez moi pour me transmettre les secrets de la « Pasta Fresche » et ma cuisine s'est transformée en véritable petite usine à pâtes. En l'espace de quelques heures, nous avons fait des orecchiettes, des fettucines, des manicotis au saumon et ricotta, des raviolis farcis au veau et des demi-lunes farcies aux champignons. Nous avons TOUT fait! La pâte, les farces, les sauces et fait Les Pâtes!!!!

Vous n'imaginez pas comment mon frigo me fait de l'oeil et combien il est difficile de m'en tenir à deux repas par jour (je ne compte pas ici le petit déjeuner). Et même si j'en ai plein le frigo et le congélateur, j'ai envie de remettre la main à la pâte!!!! De plus, mes parents m'ont offert une jolie petite machine italienne donc je risque de délaisser Barilla, Panzanni et cie pour un moment.....

Finalement, c'est facile de faire des pâtes, il faut seulement un peu de pratique et je vous recommande l'utilisation d'une machine à pâte, celle-ci vous facilitera la tâche.  Par contre, si l'achat d'une machine n'est pas une priorité, vous pouvez utiliser un rouleau pour l'étaler et un couteau pour la découper. 

Et si vous n'avez ni machine, ni rouleau et ni couteau vous pouvez toujours faire des orecchiettes comme je vais vous le montrer aujourd'hui!
Pour faire les orecchiettes, vous devez aplatir et faire rouler le bout de pâtes sous votre pouce. Les orecchiettes doivent être un peu plus minces que sur la photo et ressembler à de petites soucoupes.
Ingrédients :
3 tasses de semoule de blé ou de farine tout usage
4 oeufs extra gros
2 c. à table d'huile d'olive
Eau

Instructions pour la pâte :
1- Former un puits avec la farine et y mettre les œufs, une pincée de sel et et une goutte d'huile.
2- Du bout des doigts, brouiller les œufs et mélanger peu à peu avec la farine. Puis avec la main continuer à mélanger. 
3- Ajouter un peu d'eau pour lier les ingrédients si la boule ne se forme pas.
4- Pétrir la pâte 5 minutes. Elle doit avoir une texture qui ressemble au lobe d'oreille.
5- Lorsque la pâte est belle la mettre dans un bol et la recouvrir d'une goutte d'huile d'olive. 
Laisser reposer la pâte une vingtaine de minutes sous un linge à vaisselle.

Instructions pour les orecchiettes :
1- Couper la pâte en plusieurs morceaux et confectionner des serpentins d'environ 1 cm de diamètre. 
2- Coupez-les ensuite pour former de petits morceaux de 1 à 2 cm de long.
3- Aplatir et faire rouler le bout de pâtes sous votre pouce pour former les orecchiettes.  Ceux-ci doivent ressembler à de petites soucoupes minces.
4- Les saupoudrer de farine pour qu'elles ne collent pas ensemble et laisser reposer une vingtaine de minutes sous un linge. 

 * Pour les conserver, faire sécher sur une plaque et sous un linge jusqu'à tant que les pâtes soient sèches (quelques heures). Les mettre dans une boîte ou d'un sac et les placer au frigo, Se conserve jusqu'à un mois. Vous pouvez aussi les congeler pour les conserver plus longtemps.

Et on les mange avec quoi les orecchiettes?! Avec des brocolis!!!


Recette d'Orecchiettes aux brocolis

Ingrédients : 
6-7 anchois
2-3 gousses d'ail
2 bouquets de brocolis
1 échalote française
1 pincée de piments broyés ou en poudre
Huile d'olive
Sel et poivre
Des orecchiettes

1-Cuire les brocolis dans une grande casserole contenant de l'eau salée environ 7-8 minutes (où jusqu'à ce qu'il soit bien cuit). Dans l'idéal, réutiliser la même casserole et l'eau du brocoli pour cuire vos orecchiettes. 

2- Pendant ce temps, mettre les anchois à fondre dans une poêle avec de l'huile 2 minutes.
3- Ajouter l'ail, l'échalote, les piments et cuire à feu moyen 2-3 minutes. 
4- Lorsque les brocolis sont cuits, les égoutter et les ajouter au mélange d'anchois ail et piment. Les piler avec une fourchette et bien mélanger tous les ingrédients.
5- Mettre les orecchiette à cuire dans l'eau bouillante des brocolis quelques minutes.
6- Lorsque les pâtes sont cuites, les ajouter au mélange de brocolis et mélanger le tout.
7- Servir avec un peu de parmesan! C'est succulent!!! 
Si vous n'aimez vraiment pas les anchois, vous pouvez tout aussi bien faire la recette sans ceux-ci. mais je vous dis, les anchois parfument le plat que très légèrement.

C'était fort agréable comme journée et oh combien gourmand! Merci Mama!!! Et merci le Papa aussi qui est venu nous aider! :)   

Vous vous demandez comment Ma Mama est devenue experte en pasta fresche?! C'est parce qu'elle a suivi des cours de cuisine avec Elena de l'école Mezza Luna il y a de cela 10 ans! Aujourd'hui, je vous assure qu'elle maitrise l'art de la pâte! Si les cours avec Elena vous intéresse cliquez ici!

mercredi 1 décembre 2010

Les bienfaits des aliments!

— Mmmmm tu sens siiiiiiiiii bon! Dit-il avec sa voix V I R I L
— Ah! Oui? Dit-elle de sa petite voix coquine
— Ça me donne envie de te manger tout rond! RrrrRRrrRrRr
— hi hi hi! 
— C'est quoi cette odeur qui me rend fou?! Mmmmmm
— C'est beignet - cola.
— ???

Oui, vous avez bien lu beignet — cola! Exit les parfums Dior, Prada, Guerlain, YSL et cie! Ce que les hommes adorent, c'est finalement beaucoup plus accessible et moins cher que nous pouvions l'imaginer! Dans le top 10 des odeurs qui les rendent « fous » on retrouve, en association ou non : Lavande et tarte à la citrouille, Beignet et réglisse, Tarte à la citrouille et beignet, Orange, Lavande et beignet, Réglisse et cola, Réglisse, Beignet et cola, Lys et en dernière position, Popcorn au beurre. Pour les septiques,  c'est une étude sérieuse menée par le Smell and Taste Treatment and Research Center de Chicago. 

Faute de pop corn, de citrouille et de beignet, j'avais par contre du gingembre à revendre! Le lien entre ces parfums et le gingembre?! Bien utilisés, les deux sont supposés les rendent gaga?! Le gingembre est un aphrodisiaque non??! ;)  J'ai donc testé les effets du biscuit au gingembre sur mon homme qui je pensais le transformerait en bête d'amour! Hum.... On repassera! Ha ha! Je me rends compte qu'il est encore très méfiant lorsqu'il s'agit de déguster mes desserts. C'est vrai que le biscuit et le gingembre ne sont pas dans le top TEN mais je pensais qu'il aurait quand même son effet....

Vous voulez les voir?? Les voici!


En fait, c'est une recette de croquant à l'avoine et gingembre. J'avoue que ça perd un peu de son charme et c'est un tantinet moins séduisant maintenant, mais bon! Ce n'est pas mauvais du tout et ça donne un bon croquant à saveur de.... Gingembre!!! Rien de bien complexe. 

Je les ai aimés (je mange actuellement le dernier), et surtout je suis fière, car c'était la première fois que j'en faisais depuis au moins 2 décennies! Oui, 2 décennies! Vous savez c'était l'époque ou mes parents me donnaient le bol de farine et non les oeufs à casser!!!!  Mon homme aussi les a apprécié, mais il préfère les biscuits moelleux au choco du genre Pepperridge Farm ou bien les faux Lu version Leclerc!

La recette tiré du livre Pâtisserie Facile, Édition Marabout (p. 100)
100 g de beurre
1 c. à s. de Golden syrup *
100 g de sucre en poudre
1 c. à c. de bicarbonate de soude
1 c. à c. de gingembre moulu
2 c. à c. de gingembre confit haché **
100 g de farine complète ***
125 g de flocons d'avoine

* J'ai remplacé par du sirop d'agave, car je n'avais pas de golden syrup
** J'ai utilisé du gingembre frais et j'ai été très généreuse sur la quantité
*** J'avais un mélange de farine tout usage et de farine de blé

Faire fondre le beurre, le sucre en poudre et le sirop à feu doux dans une casserole. 
Retirer du feu et ajouter le bicarbonate de soude et les deux gingembres. 
Incorporez la farine et les flocons d'avoine et mélangez bien. 

Prélevez de grosses cuillerées de pâte et répartissez-les sur une plaque légèrement huiler en les espaçant suffisamment (le mélange est un peu sec, c'est normal. J'ai utilisé mes mains pour cette étape).

Cuire 8 à 10 minutes au centre du four préchauffé à 350 F ou jusqu'à ce qu'ils soient dorés et craquelés.  

Enjoy!!!

Pour lire l'étude (en anglais) ici

vendredi 26 novembre 2010

Le pâté de Julie

Puriste du steak-blé d'Inde-patate, ne lisez pas ceci!!! Aujourd'hui, je cause Pâté chinois et je dévoile ma version gourmande et végé! 

Pour ceux qui ne connaissent pas le « vrai » pâté chinois, ce plat est la version québécoise du Hachis Parmentier français, du Shepherd's pie écossais ou encore des Cottages pie anglais. Pour vous dire la vérité, je ne connais aucunement ces deux derniers!! Comme je le disais plus haut, le pâté chinois se compose de boeuf haché, de maïs en crème et de purée de pommes de terre. Ce plat, typiquement québécois, aurait fait son apparition au Québec durant les années 30. Plusieurs histoires circulent sur son origine, mais aucune d'entre elles n'a su se révéler véridique! Oui! Oui! C'est vrai! Jean-Pierre Lemasson y a même consacré un livre en 2009 : Le mystère insondable du Pâté Chinois, Édition Amerik Media. C'est du sérieux!!!! 

On se demande quand même pourquoi chinois quand c'est un plat québécois?! Hé bien, on disait que c'était la nourriture de nombreux asiatiques venus construire notre chemin fer au début du XIX et que ceux-ci étaient nourris uniquement de ces trois ingrédients peu coûteux et facilement disponibles. Sinon, une autre piste avancée serait que ce plat est né dans la ville de South China aux États-Unis, dans l'état du Maine, où beaucoup de Québécois avaient émigrés fin du XIXs dans l'espoir de se trouver un emploi. Dans cette localité aurait existé le plat China Pie que les Québécois auraient transformé en pâté chinois! Deux belles histoires, mais non la véritable origine selon Jean-Pierre Lemasson. 

Ne pouvant pas réclamer la « maternité » de ce plat parce que mes ancêtres sont italiens, j'ai décidé de créer ma propre version pour ajouter un PLUS aux grandes inventions de la lignée des Da Sangallo! ;)  Si vous ne comprenez pas, lisez ceci!

Plus sérieusement, j'ai décidé de réinventer cette recette et d'en faire une version végétarienne parce que j'avais envie de changements et de trouver des alternatives pour réduire ma consommation de viandes. En cherchant des recettes végé sur le web, j'ai trouvé la recette Lentilles corail au Quinoa façon Parmentier que j'ai décidé d'adapter à mon goût! Hé! oui, je ne suis pas vraiment la créatrice de ce plat!!! Je me suis fortement inspirée de cette recette, mais j'y ai changé quelques étapes et ajouté des légumes. Je vous donnerai le lien plus bas si vous voulez lire l'originale.

C'est un peu long à préparer mais ça vaut la peine de l'essayer! Comme vous allez le constater, mon pâté est à base de quinoa, légumes au curry et purée de lentilles corail. 

Quinoa-Légumes-Lentilles
Nous avons besoin de :

Pour la purée de lentilles 
1 1/2 tasse de lentilles Corail
1 gousse d'ail
1 oignon
3 tomates coupées en dés
6 gousses de cardamome en grains
1 bâton de cannelle
1 cuillère à café de cumin en poudre
1 pincée de curcuma
500 ml d'eau
100 ml de lait de noix de coco
1/2 citron vert
1 bouquet de coriandre fraîche

Faire revenir l’oignon et l’ail haché dans une casserole chaude avec un peu d'huile quelques minutes. 
Ajouter ensuite les grains de cardamome, le cumin, le bâton de cannelle et la pincée de curcuma. Laisser embaumer. 
Mettre les tomates découpées en dés, l'eau et les lentilles.
Couvrez et laissez cuire pendant une quinzaine de minutes (les lentilles sont cuites lorsqu’elles commencent à s’ouvrir).
Lorsque les lentilles sont cuites, retirez le bâton de cannelle.
Ajouter le lait de coco, le jus de citron et quelques feuilles de coriandre (en poudre si vous n'avez pas). 
Mixez le tout avec un pied-mélangeur.
Salez et poivrez si nécessaire.

Pour la quinoa (Oui, quinoa est féminin et l'emploi du masculin est propre au Québec) 
1 tasse de quinoa
2 tasses de bouillon de légumes
1 étoile de badiane (anis)
2-3 feuilles de laurier

    Faites cuire la quinoa dans le bouillon de légumes avec l'anis et les feuilles de laurier.
    Pour la cuisson, suivez les instructions sur votre paquet.
    Salez et poivrez

Les légumes
1 à 2 courgettes 
1 poivron (couleurs au choix)
1 cuillère à café de curry
Sel et poivre

     Couper les légumes et les faire cuire à la poêle quelques instants en y ajoutant le curry. 
     Lorsque les légumes sont ramollis les mettre de côtés. 

Le montage :

Répartissez la quinoa dans un plat à gratin, mettre les légumes sur le quinoa et recouvrez avec la purée de lentilles. Vous pouvez ajouter un peu de chapelure et de fromage râpé sur le dessus. 
Enfournez et laissez cuire une dizaine de minutes.

Voila! Enjoy!

La recette dont je me suis inspirée ici

lundi 15 novembre 2010

Pop corn au curry et érable

Vous connaissez les CrackerJack, ce pop corn à la mélasse et cacahuète, qui sont dans le temple de la gastronomie sportive du baseball?! Oui? Non?! Et pourquoi je vous parle de Cracker Jack et de baseball?! Parce que la semaine dernière j'ai expérimenté une recette de Pop Corn à l'érable et curry qui m'a vaguement rappelé ce goût de Cracker Jack que je mangeais plus jeune lorsque j'allais voir jouer les Expo avec mon papa. 
Cette recette originale me vient de mon super livre: Recettes de Papilles et Molécules de François Chartier et Stéphane Modat.
Recette de Pop Corn au Curry et Sirop d'Érable
  Il vous faut:
- 5 ml (1 c. à thé) d'huile végétale
- 75 g (1/3 de tasse) de maïs à éclater
- 60 ml (1/4 de tasse) de sirop d'érable
- 5 g (1 c. à thé) de curry de madras en poudre
- 1 pincée de sel

1- faire chauffer l'huile dans une grande casserole à fond épais. Y mettre les grains de maïs
2- Couvrir et brasser vigoureusement pour éviter que les grains du fond ne brûlent
3- Quand les grains de maïs sont éclatés (cela prendra quelques minutes), faire un tri et retirer les grains non éclatés
4- Dans la même casserole, mettre le sirop d'érable et le faire réduire quelques minutes avant d’y mettre le pop corn. Mélanger et bien enduire le pop corn de caramel.
5- Étaler le pop corn sur une plaque à biscuit et le saupoudrer de curry et d'une pincée de sel. Laisser refroidir et dévorer!

Piste harmonique de Monsieur Chartier: Vous obtiendrez une harmonie parfaite avec une Boréale cuivrée.  À essayer au prochain match de Hockey faute de baseball à ce temps-ci de l'année!!!!
Je vous ai dit que j'avais aimé?! Oui, c'était bon et assez sucré! Je préfère quand même le pop corn salé, mais pour ce petit moment nostalgie ça valait amplement le coup de l'essayer!   ENJOY!
Pour l'histoire des Cracker Jack ici 

jeudi 11 novembre 2010

Robin des bois, le resto bienfaiteur

Cette semaine, j'ai eu l'occasion de dîner chez Robin des Bois le restaurant bienfaiteur. Si vous ne le connaissez pas, c'est un resto de quartier, type bistro et conviviale qui se trouve dans le Mile-End. 

Ce qu'il y a d'unique chez Robin c'est que tous les profits réalisés sur la vente des repas sont remis à des organismes de charité tels que le Chaînon, le Refuge des jeunes, Chez Doris, Jeunessse au soleil, Santropol Roulant et Cactus Montréal. En plus de remettre ses profits, ce dernier propose un programme de bénévolat pour ceux qui veulent mettre la main à la pâte. Et si vous voulez en faire plus, Robin organise aussi à l'occasion des soirées-bénéfices et vend quelques produits tels que des tabliers, bouchons, café et vin pour amasser plus de fonds.

Robin cherche à inciter les gens à une responsabilité individuelle et collective envers les personnes démunies mais ne pensez pas être importunés durant votre repas pour donner ou acheter quelques produits que ce soit. Ce sera à vous de faire les démarches auprès des employés et bénévoles si vous voulez participer ou souhaitez en savoir plus.  

Coté plats, je vous dirais que la nourriture est bonne, sans prétention et à des prix tout à fait raisonnables. L'ambiance est chaleureuse et le service courtois. Sur le menu on retrouve les classiques: salades, potage, pâtes, moules, poisson, viande, etc. 
 
Menu du midi, salade maison et penne à la Gigi
Le resto et les moules - frites
Soirée bénéfice et bouchons Robin des bois
 En plus de bien manger et de faire du bien à la communauté, Robin offre une salle de défoulement ou moyennant quelques pièces, il est possible de casser des assiettes!

La cible et les assiettes!
4653, boul. Saint-Laurent, 
Montréal, QC, H2T 1R2

mardi 9 novembre 2010

Otto Dix au Musée des Beaux Arts

Je suis allée voir dernièrement Cabaret Rouge : Le monde effroyable et beau d'Otto Dix au musée des Beaux Arts de Montréal. Peintre allemand (1891-1961) du courant de la nouvelle objectivité et de l'expressionniste, Otto peint la réalité crûment et nous présente un monde effroyable, austère, empreint d'un mal de vivre qui devient peu à peu radioactif. 

Cette exposition qui regroupe plus de 200 œuvres (gravures, aquarelles et peintures) est une première en Amérique du Nord. Ses œuvres sont regroupées en sections (six) qui retracent les grandes étapes de sa vie. Des archives telles que photos, films et courts textes d'époque liés à ses étapes nous permettent de comprendre son monde ainsi que le contexte social, culturel et politique. On commence la visite par des gravures de scènes de guerres, on se déplace dans les maisons closes, on bifurque vers des portraits et termine par des paysages bucoliques aux couleurs radioactives qui nous laissent perplexes. 

Ses thèmes aussi variés s'expliquent par sa vie ponctuée d'événements troublants. Comme il le dit, voulant faire l'expérience de la peur et de la mort, il se porte volontaire durant la Première Guerre mondiale. Suite à ce vécu, il dénonce les effets pervers de la guerre sur l'homme, la nature et le patrimoine tout au long de sa vie. 
À son retour, il s'inspire des gens de la rue et des cabarets. Il fait beaucoup de portraits de  femmes et d'anciens soldats mutilés de guerre et empreints de détresse.
À l'arrivée des nazies au pouvoir 1933, la vie change et devient austère. De plus, une forme de censure s'installe au pays ce qui empêche les peintres, dont Otto, de s'exprimer comme ils le souhaitent. Durant les années de règne nazi ses œuvres seront considérées comme dégénérées et sont interdites. Otto décide alors de faire plus de portraits « classique » avant de se faire arrêter et enfermer. Par la suite, il prend la décision de s'exiler au bord du lac Constance avec sa famille ou il peint majoritairement des paysages aux couleurs toxiques.   Son choix de couleurs exprime son dégoût pour ce monde invivable, mais lui permet aussi de rester à l'« écart » et de vendre quelques œuvres. Il fera aussi des tableaux allégoriques et religieux.
Voilà en bref, sa vie en lien avec ses œuvres qu'on nous propose au musée des Beaux Arts de Montréal jusqu'au 2 janvier.

jeudi 4 novembre 2010

Une histoire de famille

Aujourd'hui, je vais vous raconter une histoire, ou plutôt je vais vous raconter l'histoire d'une des recettes les plus vieilles au monde. Dans tous les cas, c'est une des plus vieilles transmise de bouche à oreille, de père en fille, de mère en fils, de mère en fils et de père en fils sur plusieurs générations dans une même famille. Une recette née en Italie qui a finalement abouti ici en Amérique et qui est encore aujourd'hui le plat national de toute une famille quand elle se réunit. C'est pour vous dire comme elle est bonne ma recette! ;)
Moi, c'est mon père qui me l'a transmise, et lui c'était son père qui lui avait dit, et mon grand-père l'avait apprit de son père qui lui l'avait apprise de son père juste avant de prendre le bateau pour venir ici en Amérique. Donc, c'est mon arrière-arrière-grand-père qui l'importa directement d'Italie. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Comme me l'a dit mon père, ça remonte à beaucoup plus loin. Alors, mon arrière-arrière grand père lui l'avait apprise de sa mère qui elle l'avait apprise de sa mère et elle de son père et lui par son père qui lui, l'avait apprise de sa mère. Sa mère a lui l'avait apprise de sa mère qui elle l'avait apprise de sa mère. Vous me suivez toujours?! Et vous savez quoi??! On remonte jusqu'à la renaissance comme cela, mais je vous épargne les détails et je vous dévoile l'inimaginable. Cette recette elle nous vient directement de cette grande famille florentine les Da Sangallo. Une famille d'architectes de peintres et d'ingénieurs italiens du XVs!! Et pour vous dire que je viens vraiment de cette famille je suis moi-même artiste, peintre et d'origine italienne qui porte le même nom. Ah! Ha! Tous ces éléments ne peuvent tromper les origines sérieuses de ce plat et jamais mon père ne m'aurait raconté une histoire pareille!!!! ;) Je peux vous paraître marseillaise, mais non, je suis italienne!!!.;)

Eh! bien, ce plat est en fait une sauce tomate aux spare ribs (côte levée de porc) et pepperoni. Oui, cela peut paraître spécial, mais c'est délicieux. De plus, c'est facile à préparer et pas cher!

Les ingrédients : 
— 1 grosse boîte de jus de tomate
— 1 gros oignon
— 1 à 2 gousses d'ail
— Des côtes levées de porc (environ 10-15 côtes)
— Un pepperoni

Les instructions :
Couper l'oignon finement et le faire suer quelques minutes dans une grande casserole pouvant contenir tous les ingrédients.
Ajouter l'ail
Verser le jus de tomate et amener à ébullition. Réduire le feu et laisser mijoter
Pendant ce temps, couper les côtes de porc individuellement.
Les faire saisir et griller à la poêle ou au BBQ. Lorsque celles-ci sont bien dorées, les ajouter à la sauce.
Laisser mijoter à feu doux et ajouter en cours de cuisson les rondelles de pepperoni
On laisse mijoter au total au moins 2 heures où jusqu'à ce que la viande se détache de l'os. 
  

Si vous voulez respecter les règles de la tradition, on sert cette sauce simplement sur un lit de linguine avec une ou deux côtelettes par personne, mais vous pouvez aussi bien sur des spaghettis! Ajouter du parmesan et quelques feuilles de basilic et le tour est joué!

Comme vous le voyez sur la photo, ce n'est pas ce que j'ai fait. Étant donné que j'avais au frigo quelques ingrédients intéressants que je devais « utiliser », j'ai ajouté un peu de persil à la sauce et mis une boîte de tomates cerise (sur lesquelles j'ai fait une petite entaille) environ 30 minutes avant la fin de la cuisson. Je l'ai servi sur des fettucines, car je n'avais pas de linguine et j'ai ajouté quelques feuilles de roquettes et des lanières de poivrons grillés. Vous pouvez jouer avec cette recette et l'adapter a votre goût.... tout comme nous le faisons depuis tant de générations!!!! haha
Enjoy!

vendredi 29 octobre 2010

Mousseux au chocolat noir et thé Lapsang Souchong

Me revoilà avec un nouveau dessert! Cette fois, je suis allée avec un classique « revisité » pour ne pas effrayer mon homme une fois de plus. Depuis les algues farcies aux framboises il se méfie lorsqu'il me voit à la cuisine! 
 

J'ai concocté un mousseux au chocolat noir et thé Lapsang Souchong ou plutôt thé Pu Erh (au lieu d'acheter du thé Lapsang j'ai acheté du Pu Erh). Cette recette vient de mon nouveau livre de cuisine Recettes de Papilles et Molécules de François Chartier et Stéphane Modat. Miam! Vraiment un superbe livre de cuisine qui nous instruit sur les familles aromatiques, les associations d'aliments et les accords mets-liquides (vin, thé, bière, café, etc.) que nous pouvons faire. 

Pour revenir à mon dessert, c'était une réussite même si je n'ai pas utilisé le bon thé. J'ai même eu droit à des applaudissements (j'exagère un tantinet) de mon homme! Comme je le disais, c'est en forgeant qu'on devient forgeron non?! ;) 

Je vous explique, c'est simplisme.
150 g de chocolat noir à 72 % minimum (j'ai pris du Lindt 82 %)
250 ml de crème 35 % 
6 g de thé Lapsang Souchong (j'ai remplacé par du thé Pu Erh, car c'est ce que j'avais)
1 œuf entier
1 jaune d'œuf


1— Placer le chocolat noir concassé dans un cul de poule (casser en plus petits morceaux que sur la photo)
2— faire bouillir la crème dans une casserole. Y ajouter le thé et laisser infuser 5 minutes. Passer au chinois pour enlever le thé. 
3— Verser la crème sur le chocolat petit à petit (en cinq fois) et le travailler entre chaque ajout avec une spatule de plastique. 
4— Lorsque toute la crème est incorporée, mettre l'œuf entier et remuer à l'aide d'un fouet
5— Ajouter le jaune d'œuf, lisser à nouveau
6— dans un moule de métal de 6 cm de diamètre (j'ai pris un moule a muffin) tapisser le fond de papier parchemin et mettre 2c. à soupe de la pâte à moelleux. 
7— Mettre au four (préchauffer à 350 °F) et cuire pendant 13 minutes. 

Ce petit gâteau est de consistance moelleuse et amer au goût. Ce n'est rien de désagréable au contraire si vous êtes un  amateur de chocolat noir. Pour le thé, on ne le sent que très légèrement. Je l'ai servi de nature et avec une purée de framboises. Les 2 versions étaient excellentes, mais la version framboises est « winner » à mon avis!  

Dans son livre, M. Chartier nous lance d'autres pistes pour varier la recette. Il suggère d'ajouter ou de remplacer le thé par du café, clou de girofle, dattes, fève tonka, réglisse, tabac et/ou vanille (que l'on fait infuser à la crème). 
Plusieurs possibilités pour plusieurs bons desserts.  

jeudi 28 octobre 2010

Under construction!

Oui! Oui! Vous êtes sur La Vie de Julie, Tranches de vie et Tranches de pains!  J'ai décidé de changer l'aspect de la page pour quelque chose de plus minimaliste afin de faciliter la lecture et de mettre en valeur les photos. Il y aura encore de petits changements mais rien de majeur. Si vous avez des commentaires n'hésitez pas!

mercredi 27 octobre 2010

Une réponse à l'Halloween

Pour ceux qui ne sont pas trop Halloween, mais qui aiment souligner la Toussaint (hum hum), vous pouvez maintenant célébrer l'Holywins. Oui! Oui! H O L Y W I N S! Version italienne de l'Halloween, cette fête se veut une réponse à notre fête trop païenne au goût des chrétiens. C'est le père évangéliste italien Andrea Bugnoli, qui en est le créateur. My god! 

Je vous explique. L'idée d'Holywins c'est de célébrer les chrétiens, les Saints, les bienheureux et Jésus Christ au lieu des morts. Donc en ce 31 octobre, en Italie, pas de costumes et de porte-à-porte pour réclamer des bonbons. Les gens afficheront photos de Saints à leurs portes, fenêtres ainsi qu'aux églises et sortiront pour les honorer. Cette fête est aussi célébrée en France depuis au moins 10 ans par le mouvement de la jeunesse catholique. Des milliers de jeunes Français se rassembleront le temps d'un concert extérieur gratuit et d'une petite prière pour l'espérance! Pourquoi pas..... chacun est libre de faire ce qu'il veut à la Toussaint!!!

Eh bien! moi aussi j'ai pensé à une réponse mais à mon image. Le 31 octobre, je placarderai ma maison de photos géantes à mon image, j'inviterai les gens à venir festoyer sur le bas de ma porte en leur faisant jouer quelques morceaux de musique et lorsque tout ce beau monde joyeux, me vénérant sur le pas de ma porte sera en folie, je sortirai sur mon balcon tel un grand chef et je jetterai des bonbons à tout va.  :) 

Qu'en pensez-vous?

Malgré tout, je suis tout-à-fait d'accord que cette fête est devenue beaucoup trop commerciale..... 

mardi 26 octobre 2010

Citrouilles et Mega Beat Dessert

Le week-end dernier, j'ai découpé ma première citrouille depuis bien longtemps avec une amie. Mon dernier souvenir remontait à il y a environ 20 ans... et c'était ma maman qui tenait le couteau! Oh la la! Ce n'est rien pour me rajeunir. Quoi qu'il en soit, l'expérience a été plutôt agréable! Je dirais même que depuis, je ne pense qu'à découper de nouvelles citrouilles!!! Des petites, des grosses, des moyennes, des joufflus, etc. Par contre, je m'équiperais peut-être de meilleurs couteaux la prochaine fois pour faciliter la découpe en forme ronde.  


Vous pouvez ici admirer mon talent!!! ;) Quand même pas trop mal pour une première. La deuxième est un vrai chef-d'œuvre. C'est une lutteuse mexicaine, mais je n'ai pas de photo à vous montrer... parce que j'ai raté mes photos! ;) 
Je vous reviendrai avec une ou deux recettes à base de vrai citrouille que j'ai bien envie de tester. Celles-ci n'étant pas les miennes, j'ai laissé la chair filamenteuse et appétissante à mon amie qui avait aussi envie de la cuisiner. Le we prochain j'en découpe une autre car c'est Halloween!!!  hi hi
En parlant d'« œuvres » mangeables, je reviens rapidement sur Delphine Huguet la designer culinaire en résidence à la SAT, pour vous dire qu'il est possible de suivre l'évolution de son Mega Beat Dessert ici!!! Nous ne pourrons voir son projet qu'une fois les travaux de la SAT terminés et pour l'instant il n'y aucune date prévue. Assez intéressant comme projet... Je vous invite à y jeter un coup d'oeil!

mardi 19 octobre 2010

Tomates cerise et raviolis aux framboises

Je cherchais il y a quelque temps des idées de bouchées et je suis tombée sur celle-ci : Tomates cerise en pomme d'amour, proposé par le chef Benoit Charvet! C'est vraiment quétaine comme nom, je le sais. Finalement, je l'ai essayé et je l'ai même refait à plusieurs reprises, car ça se révèle assez « winner » à l'apéritif. Comme quoi, il ne faut pas toujours se fier au nom.... ;) Vous pouvez trouver la recette ici, mais je vous la retranscris également plus bas.



200 g de tomate cerise (avec les queues ou sans queue avec cure dent)
100 g de sucre
10 cl de vinaigre balsamique
30 g de graines de sésame
Réalisez un caramel avec le sucre, le vinaigre et un trait d’eau.
Gardez le caramel au chaud et trempez-y la base des tomates, juste après les avoir trempées dans les graines de sésame.
Posez les tomates sur une feuille de papier sulfurisé et laissez refroidir. 
Miam! Miam! S'il vous reste du caramel vous pouvez le conserver au frais et le réutiliser. J'ai refait la recette 3 fois et il m'en reste encore.  ;)



Dans un post plus ancien, je parlais des expérimentations que François Chartier nous proposait (article paru dans La Presse) d'essayer à la maison, en rapport avec les familles de molécules aromatiques. Il nous suggérait de créer des genres raviolis froids avec des algues nori farcies de framboises. L'idée me semblait géniale et comme j'aime essayer de nouvelles choses, je l'ai fait!!! hahaha Dès que mon homme a vu cette chose, j'ai eu le droit à quelques commentaires peu élogieux sur ce dessert. Je vous avoue que c'était particulier. 
J'ai fait la recette très simplement. J'ai réduit en purée quelques-unes de mes framboises sans les sucrer (peut-être que j'aurais pu mettre un peu de sirop d'agave ou de sucre pour adoucir leurs acidités). J'ai coupé des algues nori en petit carré sur lequel j'ai déposé ma garniture de framboises. J'ai refermé l'algue en la sceller avec un peu d'eau.  
Eh bien, vous voyez le résultat en photo ci-haut. Au goût on pouvait penser manger un sushi aux framboises, mais avec une texture bien différente. L'algue humidifiée par la purée a retrouvé sa texture initiale et avait un quelque chose de gélatineux caoutchouté en bouche. Je ne sais pas si j'ai vraiment aimé. J'ai expérimenté sur des aliments et il me reste encore un peu de recherche à faire!
Malgré que ce ne fut pas un grand succès, je n'ai pu résister plus longtemps et je suis allée me procurer le tome II de Papilles et Molécules: Recettes de Papilles et Molécules de François Chartier et Stéphane Modat. Je vous reparlerai bientôt de ce magnifique livre qui me met l'eau à la bouche.

dimanche 17 octobre 2010

OSM et Mutek chez Molson

C'était samedi soir qu'avait lieu le premier concert de la série des concerts éclatés de l'OSM en partenariat avec Mutek, à la brasserie Molson. Expérience forte intéressante qui mêlait musique classique et musique électronique. Le concert avait donc lieu dans un des nombreux hangars (rempli de caisses de bières) de la brasserie sur la rue Notre-Dame à Montréal de 22h à 3h du matin.

Pour vous expliquer brièvement, l'idée est née de Kent Nagano, chef de l'OSM, inspiré de son séjour en Allemagne, à Berlin et Munich en tant que chef d'orchestre. Il a décidé d'importer l'idée de créer des concerts éclatés comme les Allemands le font depuis longtemps, c'est-à-dire en présentant des pièces de musique classique dans un lieu inusité et à une heure inhabituelle. M. Nagano (homme très charmant) s'intéressant au patrimoine architectural et surtout industriel montréalais, a décidé que le premier des ses concerts éclatés de 2010 aurait lieu dans une des plus vieilles institutions montréalaises, la brasserie Molson, vieille de 1786,  par lequel il est fasciné. Le partenariat avec Mutek vient de l'organisation de l'OSM qui a proposé à M. Nagano de pousser encore plus loin le concept en s'associant avec ce festival de musique électronique. Ce qui permettait aussi d'aller chercher un nouveau public. Pari réussi à mon avis.

Accéder à ce lieu, de nuit, un samedi soir avait un quelque chose de je ne sais quoi. Ça me donnait l'impression de faire partie de ces gens privilégiés accédant à une fête secrète VIP!!!  Durant la première partie de la soirée, nous avons pu entendre un morceau de Pierre Boulez Messagesquisse ainsi que la Symphonie n°1 de Gustav Malher. Finalement, l'acoustique du hangar était plutôt bien! Ensuite, petit entracte pour laisser le temps aux organisateurs d'enlever les chaises pliantes, 2000 toutes bien cordées pour nous laisser le champ libre pour danser. La deuxième partie s'est ouverte avec une prestation de Thomas Fehlmann (DJ Suisse) accompagné de quelques musiciens de l'OSM. Suite à cette performance, nous avons eu droit à un solo de Felhmann d'environ une heure.  Substance et Vainqueur (Allemands) ont pris place sur scène et ont poursuivi jusqu'à 3h. Pour arroser le tout, deux bars nous offraient tout au long de la soirée de la Molson M et avec présentation de nos billets nous avions droit à deux consommations gratuites.

Pour la néophyte que je suis en musique classique et le peu que je connais en musique électronique, j'ai vraiment aimé l'expérience. C'est sûr que le concept y est pour beaucoup.

jeudi 14 octobre 2010

Courge Spaghetti

Me revoilà cette fois avec une recette! Je me devais de préparer un plat à base de courges pour rester dans le concept et aussi parce que j'en ai ramené une demi brouette du champ de Madame Courge! En passant,  savez-vous que la courge provient d'Amérique sud et que des scientifiques auraient trouvé des traces de ce fruit datant de 11000 à 13000 ans avant notre ère?! Moi, je ne le savais pas!!!

Alors, passons aux choses sérieuses..... ;) je vous propose une recette vraiment facile: Courge spaghetti à la ciboulette et aux tomates cerises.




Recettes:
1 courge spaghetti
15-20 Tomates cerises
Quelques branches de ciboulette
Fromage emmenthal rappé (ou celui de votre choix)
Huile d'olive
Sel et poivre

Faire cuire la courge entière au four sur la grille à 350f (180 d.). le temps varie selon la grosseur de la courge mais je dirais au moins 30 minutes. La courge est prête lorsque sa peau bruni a certain endroit et quelle se détache facilement.  
Lorsque la courge est cuite, la couper en 2 et la vider de ses graines. Effilocher l'intérieur avec une fourchette pour obtenir vos spaghetti.
Ajouter ensuite un filet d'huile d'olive, le fromage rappé, la ciboulette les tomates, saler et poivrer et mélanger!
Et maintenant, Savourer!!!
Je vous conseille de mettre la chair de la courge dans un grand bol pour la dernière étape lors du mélange si vous prévoyez servir votre courge en robe de chambre (comme sur sur la photo).  Vous n'avez qu'à remettre la garniture dans la pelure....
Ce plat se sert soit en plat principale soit en accompagnement avec une volaille ou une viande. Comme vous le sentez quoi!
Pour ceux qui ne sont pas familier avec cette courge, sa chair est fibreuse d'où le nom «courge spaghetti» et il ne faut pas s'attendre à un goût très prononcé. Vous pouvez ajouter un peu de piment de cayenne si vous préférez les plats épicés.

Voila, Enjoy!

mercredi 13 octobre 2010

Les rituels de l'All Hallow's Eve

En parlant de courges, pourquoi ne pas continuer dans la même lignée et parler des origines d’Halloween et de l'utilisation de la citrouille. Voici un résumé de son histoire!

La fête d’Halloween comme on la connaît en Amérique du nord est arrivée avec les Irlandais venus s'établir  en Amérique à partir du milieu du 18s. Cette venue massive (environ 500 000 à ce moment) fût due à la grande famine causé par maladie de la pomme de terre entre 1845 et 1849.
Cette fête était déjà célébrée depuis très longtemps (plus de 2500 ans) par leurs ancêtres celtes. C'était un rituel qui marquait la fin de l'été, le début de la saison hivernale, la fin des récoltes et le retour des animaux dans les étables. Cela permettait de bien préparer la nouvelle année. Lors de cette cérémonie, les gens s'habillaient de peaux d'animaux et s'accoutraient étrangement (d'où l'idée de nos costumes). Ce déguisement avait pour but d'imiter les « revenants » pour que ceux-ci laissent les humains en paix. Car durant cette nuit, la frontière entre le monde des vivants et celui des morts disparaissait et permettait ainsi aux morts de revenir hanter les terriens. De plus, les gens laissaient au bas de leur porte de la nourriture pour attirer la faveur de ces revenants, espérant les dissuader de les attaquer et de détruire leurs maisons et leurs récoltes (d'où les bonbons aujourd'hui). C'est ce que j'en déduis!!!
Et vous me dite... Et la citrouille là-dedans?! Ah ha! Eh bien j'ai trouvé plusieurs possibilités! Il y a l'histoire de Jack-o-Lantern mais je vais vous en proposer une autre. Lors du rituel, les druides énonçaient quelques prédictions et ordonnaient aux gens de prendre une braise qui allumerait un nouveau feu (genre de purification) dans leur maison et qui se devait de brûler toute l'année. Les gens se seraient fabriqué des lanternes avec des navets et autres rutabagas pour conserver leur braise! Pourquoi pas!? est-ce que l'idée de la lanterne viendrait de cela?

Les Celtes étant très doués dans les contes et légendes peut-être que vous pourrez me raconter une autre version?

Madame la courge

L'automne, à mon avis, c'est une saison tristounette. Les nuits s'allongent, les arbres se dénudent et le froid reprend doucement sa place. Malgré tout, cette période de l'année à ses bons cotés et sait nous égayer par ses feuillus colorés, nous enivrer avec ses vergers qui nous offres milles et un délice et aussi elle sait nous épater avec ses citrouilles qui se multiplient dans les champs! Quoi de plus sympa que de voir un champ de citrouilles surtout à l'approche de Halloween?! Soit dit en passant on cultiverait 25 sortes de citrouilles au Québec. 


Direction Saint-Joseph-du-Lac au centre d'interprétation la courge. Il était un temps ou le centre de Madame la courge était un secret bien gardé. Aujourd'hui ce lieu est visité par de plus en plus de gens et s'est transformé au fil des ans. Je vous conseille d'y aller très tôt le matin ou en semaine si vous n'êtes pas un amateur de bain de foule! On retrouve sur le lieu un musée de la courge, un restaurant, une boutique et les fameux champs où il est possible d'aller cueillir nos propres courges en fonction des récoltes. Madame courge s'est diversifiée et produit à présent du vin et des pommes.... 
 


Il existerait plus de 300 000 espèces répertoriées de courges et au Québec on en cultiverait 300 variétés (courges et citrouilles font partie de la même famille des cucurbitacées). Rien de moins! À Saint-Joseph, on en retrouve beaucoup, je dirais au moins une trentaine, soit décoratives ou mangeables. Elles se prénomment: buttercup, butternut, orangetti, Table Queen, Aladin Turbané, Galeuse et j'en passe. Des noms assez originaux inspirés de leurs aspects multiples. Ces fruits aux parfums assez doux (si si ce sont des fruits mais on les mange comme légumes) sont très nutritifs et contiennent beaucoup d'antioxydants. On peut les cuisiner à toutes les sauces; en tarte, en potage, en ragoût, en frite, en spaghetti, en gâteau, etc. 

Malgré que ce soit maintenant un endroit très achalandé, il est agréable de se promener dans les champs avec sa brouette à la recherche de courges ou de citrouilles qui se termineront dans nos assiettes ou dans le jardin pour Halloween! Pour les plus paresseux, il est possible aussi de les choisir bien propres dans la boutique!

En passant, si vous allez à Saint-Joseph-du-Lac, profitez-en pour visiter les pommerais dans les alentours (aussi très achalandées). Plusieurs producteurs de pommes y font de très bons cidres que vous pouvez déguster tout au long de l'année. 

Centre Madame La Courge
839, Chemin principal
Saint-Joseph-du-Lac, Qc